Coopetic : Tu es entrepreneur à Coopetic depuis combien de temps ?

Benoit Billard : Arrivé courant 2016 à Coopetic, j'ai développé mon offre et mon CA sous contrat CAPE et prévois de basculer en salariat pour fêter la nouvelle année !


C : Pourquoi avoir choisi cette structure ?

Benoit : Je sortais de 15 ans d'entrepreneuriat (sarl) et cherchais à éviter d'une part la lourdeur administrative pour ma nouvelle structure et d'autre part la solitude du freelance... J'ai tout de suite été séduit par le modèle de la coopérative, et la location de mon bureau en co-working au dessus de l'équipe support a été un vrai plus pour développer mon activité.

C: Depuis combien de temps es-tu photographe ?

Benoit : J'ai travaillé plus de quinze ans dans l'industrie musicale avant de switcher sur la photographie en 2014 ; à 38 ans je me considère donc comme « jeune » photographe ! :D

C : Qu'est-ce que cela t'as apporté ?

Benoit : C'est un peu cliché de dire ça, mais cette reconversion a joué le rôle d'une véritable thérapie... Un nouveau départ après deux étapes douloureuses : divorce et fermeture de mes studios d'enregistrement.

La photographie m'a permis de porter un regard nouveau sur le quotidien, les gens et les choses qui m'entourent... Mais ce que je trouve de plus appréciable, ce sont les émotions ou la satisfaction que je peux apporter par ce medium ; les gens sont souvent très critiques envers eux-mêmes et quand mon travail leur permet de s'accepter ou de reprendre confiance, c'est très gratifiant.

C : Tu as toujours fait des photos de mode ?

Benoit : Pas du tout ! Je ne connaissais pas grand chose aux codes et à l'histoire de la mode il y a encore quelques temps et c'est après avoir mangé du reportage et de la photo de concerts que j'ai commencé à m'y intéresser. J'ai depuis eu la chance de travailler auprès de grands photographes de mode comme Peter Coulson, Luc Braquet ou Ali Madhavi, qui m'ont ouvert les portes de ce milieu et m'ont beaucoup appris sur la gestion de modèles, la maîtrise de la lumière ou encore le travail de post-production.

C : Quels sont tes projets ?

Benoit : Je continue à développer ma clientèle dans la mode notamment auprès de marques étrangères qui me contactent pour la « french touch » que j'apporte à leurs lookbooks.

Et je travaille en parallèle sur un nouveau site web orienté portrait - mon autre spécialité - où les clients professionnels comme particuliers pourront réserver leurs séances en ligne et enfin donner une meilleure image d'eux-mêmes que ce selfie maladroit pris au retour des vacances !

C : Auras-tu éventuellement besoin des compétences d'autres entrepreneurs de Coopetic, par la suite ?

J'aimerais effectivement faire jouer le collectif et proposer les services d'autres entrepreneurs à mes propres clients, dont les besoins s'arrêtent rarement à la photographie.

Pour des projets plus immédiats, je suis preneur si certains spécialistes SEO ou monteurs vidéo veulent me rencontrer (café offert au 7 rue de Palestro !).

   

Log In or Sign Up